Renault, la France et le Japon veulent coopérer sur la voiture électrique et autonome : le conseil Bourse du jour

Paris et Tokyo appellent Renault (code ISIN FR0000131906 – signal mnémonique RNO) et sa filiale (à 43percent ) Nissan à consolider leur alliance et à renforcer leur compétitivité. Dans un communiqué conjoint, les ministres français et japonais p l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire et Hiroshige Seko,”ont réaffirmé le ferme soutien des gouvernements français et japonais à l’Alliance Renault et Nissan et ont encouragé les deux entreprises à renforcer la compétitivité p l’Alliance. Ils ont également réaffirmé leur objectif commun de renforcer cette coopération rewarding aux deux entreprises”.

Bruno Le Maire et Hiroshige Seko ont indiqué level ailleurs souhaiter”instaurer un conversation pour échanger sur les transformations significatives p l’industrie car et pour développer la coopération franco-japonaise dans le secteur de l’industrie auto, en particulier dans le domaine du véhicule autonome, p la batterie, du véhicule électrique, du véhicule à hydrogène, et p l’accompagnement des fournisseurs de plus petite taille”.

Sur le front des immatriculations, Renault et Nissan ont dérapé en août. Si PSA a fléchi p 4,9 percent, Renault that a vu ses immatriculations chuter p 31,2%, tandis que Nissan that a accusé un plongeon p 67%. Reste que cette mauvaise santé apparente des deux géants tricolores est surtout due au fait que la même période p l’an dernier avait été marquée par une hausse des immatriculations de pas moins de 40%, les constructeurs ayant alors écoulé en urgence leurs shares en raison de la mise en place de la nouvelle norme antipollution WLTP, along with réaliste que l’ancienne norme NEDC.

“Les publications de juillet et août on fait confront à un effet de foundation très défavorable (effet WLTP): +18,9% en juillet 2018 et +40% en août 2018. Mais en septembre 2018, le marché des véhicules particuliers avait rechuté p 12,8 percent, soit un effet de foundation redevenant positif pour septembre 2019”, souligne à cet égard Invest Securities.

L’action Renault semble faiblement valorisée. Elle ne se paie un Lock 5 fois les gains attendus pour 2020, pour un rendement des dividendes de 6 percent. Et les bénéfices seraient plus importants que prévu sur les prochains exercices, en cas de rapprochement avec Fiat Chrysler, une option qui se traduirait par des synergies massives.

Du point de vue de l’analyse method, l’action Renault continue de suivre pour l’heure une dynamique négative. Reste que cette dynamique baissière montre des signes d’essoufflement. Le titre teste actuellement la résistance majeure p 51,60-52 euros (stage de passage, entre autres, de la moyenne cellular à 50 jours, qui avait fait office de résistance à plusieurs reprises depuis entre mai). Le franchissement internet et confirmé p ce dernier niveau favoriserait une meilleure dynamique sur l’action, avec 54,05 euros puis 58,33 euros en ligne de mire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.