Quand la déforestation transforme l’Amazonie en baril de poudre

Fusil à l’épaule et mine désolée, Tatji Arara enjambe d’énormes troncs d’arbres qui jonchent la forêt défigurée level les trafiquants de bois dans l’Etat du Para, au coeur d’une Amazonie brésilienne en proie aux conflits fonciers.

“Tous les jours, nous découvrons p nouveaux arbres coupés, jen’avais jamais vu une chose pareille”, déplore ce cacique indien p 41 ans, qui assure que la déforestation that a repris de plus belle depuis l’arrivée au pouvoir en janvier du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

Ce dernier a clamé haut et fort pendant sa campagne électorale qu’il ne cèderait pas”un centimètre de and” aux terres autochtones.

D’après l’ONG Imazon, la déforestation en Amazonie a augmenté p 54% en janvier 2019 – maximum mois de présidence p M. Bolsonaro – level Ranking à janvier 2018, et l’Etat du Para concentre à lui seul 37percent des aires dévastées.

Le territoire Arara, où vivent environ 300 indigènes sur 274. 010 hectares, soit une surface équivalente à environ 264. 000 terrains de soccer, est censé être inviolable depuis qu’il a été officiellement délimité par le gouvernement, en 1991.

“Bolsonaro a empoisonné l’esprit du peuple, beaucoup de gens pensent qu’il va nous prendre nos terres, mais nousn’allons pas le laisser faire”, souligne Tatji Arara, vêtu d’un easy bermuda et d’un maillot de Flamengo, le club de football le plus populaire du Brésil.

“Si les extractions illégales p bois continuent, nos guerriers prendront leurs arcs et leurs flèches, il pourrait y avoir des morts”, prévient-il.

Dans une lettre adressée en février au parquet fédéral, les Arara ont affirmé que les anciens de la tribu envisageaient p”se faire justice eux-mêmes”, évoquant même un rituel ancestral consistant à fabriquer une sorte de flûte”avec le crâne des envahisseurs”.

A Brasilia, des centaines d’indigènes devaient se retrouver de mercredi à vendredi pour défendre devant les centres du pouvoir leur droit à la terre, comme chaque année.

– Sacrifié à l’asphalte –

Les terres Arara se trouvent dans la zone d’Altamiradans la plus grande municipalité du Brésil en termes de superficie, plus vaste que le Portugal et peuplée d’environ 110. 000 habitants.

Les communautés autochtones locales ont déjà été fortement affectées level le projet pharaonique p Belo Monte, une centrale hydroélectrique t la structure doit se terminer d’ici la fin de l’année, comprenant un barrage qui sera le troisième and grand au monde. Des dizaines de personnes ont dû être déplacées et l’écosystème neighborhood a été bouleversé.

C’est également à Altamira que le régime militaire a inauguré en 1970 le maximum tronçon p la transamazonienne. Inachevée, cette course censée traverser le”poumon de la planète” a déjà laissé une cicatrice de 4. 000 kilometers à travers l’Amazonie.

La plaque commémorative p l’inauguration that a été installée à côté d’un véritable monument à la déforestation: une immense souche de noyer du Brésil, sacrifié à l’asphalte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.